In Platonis Phaedrum Scholia: 233b8-c7

φιλ?α, τεκμ?ρια

Lire les autres billets de la série

Φα?δρο?
??ν δ? μοι πε?θ?, πρ?τον μ?ν ο? τ?ν παρο?σαν ?δον?ν θεραπε?ων συν?σομα? σοι, ?λλ? κα? τ?ν μ?λλουσαν ?φελ?αν ?σεσθαι, ο?χ ?π? ?ρωτο? ?ττ?μενο? ?λλ? ?μαυτο? κρατ?ν, ο?δ? δι? σμικρ? ?σχυρ?ν ?χθραν ?ναιρο?μενο? ?λλ? δι? μεγ?λα βραδ?ω? ?λ?γην ?ργ?ν ποιο?μενο?, τ?ν μ?ν ?κουσ?ων συγγν?μην ?χων, τ? δ? ?κο?σια πειρ?μενο? ?ποτρ?πειν: τα?τα γ?ρ ?στι φιλ?α? πολ?ν χρ?νον ?σομ?νη? τεκμ?ρια.

Phèdre
Si tu m'écoutes, tout d'abord je ne serai pas avec toi pour chercher le plaisir immédiat, mais aussi pour ton avantage futur, n'étant pas subjugué par l'amour, mais ma?tre de moi, et ne me f?chant pas beaucoup pour des petites choses, mais ayant pour des grandes de petits ressentiments, étant indulgent face aux fautes involontaires et essayant de prévenir les fautes volontaires dans la mesure du possible: voici les signes d'une amitiés qui dure dans le temps.

Platon, Phèdre, 233b8-233c7

Le parlant présente finalement son offre en la détaillant: il sera ce qu’on attend d’un amant. Il prendra la position du ma?tre et non celle du pauvre être subjugué par les sentiments et les désirs. Il s’occupera de l’aimé, il le corrigera - comme un ma?tre - sans se mettre en colère.

Ces lignes décrivent finalement ce qu’on attend d’une relation pédérastique: la relation entre un homme plus ?gé, sage, prudent, ma?tre de lui et un jeune qui doit regarder son ?ραστ?? avec admiration et comme un exemple à suivre.

L’offre du parlant se présente comme la définition même de ce que devrait être le véritable rapport amoureux. Ce que le parlant promet sont l’ensemble des signes, des preuves (τεκμ?ρια) d’une amitié réelle et qui dure dans le temps.

La stabilité est opposée à l’instabilité du sentiment amoureux et à son irrationalité. L’intérêt de l’aimé est garanti par cette stabilité - comme un bon investissement économique.

Lysias réalise ici son plan: le non amour est l’amour. Le flou sur le principe de raison suffisante porte finalement à une violation du principe de non contradiction. Le tour est joué en effet, même si l’exécution n’est pas si convaincante - comme le soulignera Socrate.

φιλ?α, τεκμ?ρια scholia